Mot de la présidente

Une mission de cœur et de mieux-être axée sur le bénévolat et la générosité

Depuis 1987 – 25 ans déjà! –, la Fondation Jeanne-Crevier s’affaire à briser l’isolement et à améliorer la qualité de vie des résidents en perte d’autonomie du Centre d’hébergement Jeanne-Crevier de Boucherville. Elle intervient en parallèle auprès de la clientèle non résidente du centre de jour rattaché au CH Jeanne-Crevier. Ces usagers peuvent ainsi profiter d’un cadre agréable et convivial pour leurs activités thérapeutiques et préventives.

Notre Fondation souhaite utiliser sa nouvelle tribune Web, une plateforme réalisée gracieusement par une équipe de bénévoles, pour étendre son rayonnement et sensibiliser un plus large public à la noble mission de cœur et de mieux-être qui est la sienne. Cette mission humanitaire se veut compatible avec une rigoureuse politique de redistribution optimale des fonds de ses généreux donateurs.

Comme organisation caritative du secteur de la santé, la Fondation Jeanne-Crevier se distingue par son approche « 100 % bénévole ». Elle n’est pas peu fière de s’appuyer sur une équipe dédiée, généreuse et ayant à cœur le mieux-être de ses protégés. Les neuf membres de son conseil d’administration, recrutés dans divers milieux de la communauté, ne font d’ailleurs pas exception à cette règle de véritable bénévolat. Tous priorisent le respect d’un code d’éthique rigoureux et le maintien de pratiques de saine gestion à la mesure de la réputation et de la crédibilité dont jouit la Fondation.

Pour mener à bien notre mandat de complémentarité face à des besoins grandissants, et ce, malgré des budgets publics limités, nous misons sur de nouvelles entrées de fonds grâce à l’élargissement de notre bassin de membres et à la popularité croissante de notre Grande Soirée bénéfice annuelle. À ces sources de financement s’ajoutent des commandites, dons de bienfaiteurs et offrandes in memoriam.

Les exemples qui illustrent les champs d’intervention de la Fondation sont multiples. Mentionnons l’aménagement et l’entretien d’un magnifique jardin dans la cour intérieure du Centre, le réaménagement et la décoration des aires communautaires, la construction d’un balcon-terrasse protégé pour les résidents éprouvant des problèmes cognitifs, la modernisation du salon de coiffure et de la chapelle, le remplacement périodique de mobilier, l’achat d’équipement spécialisé, l’ouverture d’un nouveau salon d’accueil pour les familles, etc. À cela s’ajoutent des activités d’animation-loisirs pour les résidents, lesquelles accaparent une part considérable du budget récurrent.

Faut-il insister sur le fait qu’une petite organisation comme la nôtre mise sur le bénévolat véritable pour minimiser ses charges opérationnelles courantes? Ces charges totalisent à peine 10 %, un pourcentage nettement inférieur à la moyenne déclarée par d’autres organismes à but non lucratif de même nature. C’est ainsi que nous pouvons assurer une réinjection optimale des montants que nous recevons – à hauteur de près de 2 millions de dollars au cours des 25 dernières années.

C’est non sans fierté que notre Fondation est ainsi en mesure d’agir au bénéfice exclusif de ses protégés, là où ça compte vraiment!

La présidente,